Les pépettes. Le flouse. Le blé : il est temps que les femmes parlent d’argent sans rougir !

70 % des femmes créent leur entreprise sans financement. Sans aide. Nada. Il est pourtant possible de faire autrement. Financements, prêts d’honneurs, crowdfunding, réseaux d’entraide… Des solutions existent pour t’aider à faire exploser ton business. Pourtant les trois quarts des entrepreneures n’osent pas demander d’argent. C’est ton cas ? Parfait, cet article va sûrement t’aider à ne plus avoir peur de demander des financements pour ton entreprise. C’est parti !

Laura Montoro / Publié le 23 février 2022 à 9h30

Entrepreneures, il est temps de parler d'argent !

Pourquoi les femmes ne parlent pas d’argent ?

C’est un constat irréfutable. Les femmes ne parlent pas, ou rarement d’argent. Parler d’argent est tabou. Dans la bouche des femmes, le mot lui-même est perçu comme laid ou vulgaire. Celles qui le dépensent sont frivoles et superficielles. Celles qui le recherchent sont vénales et manipulatrices. Celles qui ont l’audace d’en parler sont froides et calculatrices. Voire castratrices. Gagner plus que son conjoint est mal vu (et vécu).

guillemet 5
L’argent est un outil de pouvoir et de liberté que les femmes ont encore du mal à s’approprier.

Pourquoi ? Parce que c’est historique. Dans un passé pas si lointain, une femme n’avait pas besoin d’argent. Son rôle était d’être sage. Elle devait donner. Donner du temps, de l’attention, de l’amour, de soi. Ne pas prendre. Surtout pas de l’argent. Quand elles travaillaient, leurs salaires étaient versés à leur mari. Et cela restera le cas jusqu’en 1907 ! En France, les femmes n’ont pu ouvrir leur propre compte en banque que quand France Gall était au top du hit-parade avec sa chanson « Poupée de Cire, Poupée de Son » en 1965. 

 

L’argent, froid et individualiste, est rarement associé au féminin. On traîne encore ces bagages genrés aujourd’hui. Depuis que tu es petite fille, on te dit probablement rien sur l’argent. Ou pas grand-chose. Pire, on t’a demandé de ne pas t’y intéresser, de laisser ça aux garçons. Encore trop écartées des matières scientifiques, les filles sont moins éduquées sur les questions financières. Et même si l’écart se resserre (ouf !), cette façon d’éduquer les filles a la vie dure. C’est un tout système de croyances sexistes qu’il faut déconstruire. Dans nos propres têtes et encore plus quand on est entrepreneure.

Les femmes entrepreneures et l’argent : une relation paradoxale ?

Leur rapport à l’argent est d’autant plus contradictoire lorsque les femmes créent leur entreprise. 80 % des entrepreneures ne se paient pas correctement.

guillemet 5
Je ne suis pas intéressée par l’argent. Je suis entrepreneure pour donner du sens à ma vie.


Ce sont des phrases que l’on entend beaucoup. Comme si l’un ne pouvait pas aller avec l’autre. Donner du sens à sa carrière ne doit pas être séparé de l’envie de gagner de l’argent. Bien au contraire. Ce qui est dommage, c’est que les femmes pensent qu’elles ne méritent pas de se payer à la hauteur de leurs compétences. Souvent, elles se dénigrent ou se considèrent comme un complément au salaire de leur conjoint. Quand on leur demande si le salaire qu’elles se versent est suffisant pour vivre dans le cas d’une séparation, c’est rarement le cas. Le chiffre doit souvent être multiplié par 3 ou 4 !

 

Tu n’as pas besoin de te sentir légitime à 100 % avant de te lancer. Le syndrome de la bonne élève touche beaucoup de femmes : crainte de faire la difficile, de trop demander, de faire trop de bruit. Mais il est temps que cela cesse. Osons atomiser les clichés tenaces : les femmes ont le droit de gagner et surtout de demander plus d’argent ! Il est urgent de réaliser que s’étend un champ des possibles immense lorsque l’on veut obtenir de l’argent pour son entreprise.

Les hommes ont-ils plus facilement accès aux prêts ?

Pas du tout. Selon les sondages effectués par les banques et les établissements financiers, les femmes démarrent avec 10 à 14 % de capital en moins non pas parce qu’elles n’ont pas accès aux prêts bancaires mais parce qu’elles n’osent tout simplement pas les demander. Ce qui fait que leur projet, bien que souvent mieux préparé que celui de leurs homologues masculins, démarre moins vite. 

 

Selon Maya Atiq, DG de la Fédération Bancaire Française, il faut pulvériser les idées reçues sur le prêt en France.

guillemet 5En réalité, les femmes peuvent autant bénéficier de financements que les hommes.


Les chiffres le prouvent : les taux d’accord de crédit sont les mêmes. Les projets diffèrent certes, mais l’accès est accordé de façon égale aux hommes et aux femmes. C’est un élément crucial à souligner. Pourquoi ? Parce que ça veut dire que si tu demandes un crédit bancaire, tu as autant de chance de l’obtenir qu’un homme. Le seul truc, c’est qu’il faut oser demander ! 

Les prêts de la BPI : une solution concrète et accessible pour les entrepreneures ?

BPI France a signé un accord sur l’entrepreneuriat des femmes afin de lever les freins que celles-ci se mettent à elles-mêmes. La BPI encourage les entrepreneures à se faire accompagner. Que ce soit pour créer leur business plan ou pour rechercher des financements. N’hésite pas à aller voir leur site pour plus d’informations.

 

En résumé tu peux avoir accès à des prêts qui pourront vraiment t’aider :

  • Un prêt d’honneur à taux zéro, qui permet de te constituer des fonds propres qui vont te permettre d’aller chercher une ressource bancaire ;
  • Un prêt d’honneur solidaire pour les femmes qui sont en situation de précarité.

 

Sans argent, un projet décolle moins vite. Le passage à l’échelle est plus long, le salaire plus faible. Ce qui est important que tu saches, c’est qu’en obtenant un prêt d’honneur et la garantie BPI, tu rassureras ton banquier et tu auras ton prêt garanti à plus de 80 %. 

Utiliser les plateformes de crowdfundings, une bonne idée pour se lancer ?

Le crowdfunding c’est se faire financer son projet par la foule. Il existe de nombreuses plateformes de crowdfunding dont la plus connue en France est Ulule. C’est le premier incubateur participatif de projets à impact positif qui aide les créateur.rices d’entreprises à financer leur projet.

guillemet 552 % des projets sur Ulule sont portés par des femmes.


C’est donc un excellent moyen alternatif aux prêts bancaires. Le crowdfunding fonctionne très bien pour des petits montants : la moyenne des projets financiers est autour de 5000 euros. Au-delà de la partie financière, les plateformes de crowdfundings permettent aussi de frotter son produit à la réalité du marché. De pouvoir l’ajuster et l’améliorer avant un lancement à plus grande échelle. Tout bénef quoi !

Oser se faire accompagner : la force des femmes pour contrebalancer un financement plus faible ?

Oui ! La force du collectif est puissante.

guillemet 5Les réseaux sont des leviers massifs pour compenser un projet plus lent au démarrage dû au manque d’argent.


D’ailleurs 62 % des femmes contre 59 % des hommes se font accompagner. Cet accompagnement booste et accélère la croissance. Faire partie de réseaux comme celui d’Action'elles permet aux entrepreneures de déployer davantage leurs ailes. De dépasser le sentiment de solitude, de se nourrir du succès des autres, d’avoir des retours sur leurs idées ou des points d’appui lorsqu’elles en ressentent un doute. Les réseaux permettent aussi de promouvoir les projets entrepreneuriaux. Il existe de nombreux trophées qui valorisent les entreprises dirigées par des femmes. Pense à te rapprocher du réseau qui te convient le mieux !

 

Quelles sont les 5 astuces en or de nos expertes pour bien se lancer ?

1. « L’audace c’est le talent ». C’est Jacques Brel qui disait ça. Oser, c’est la clé de la confiance en soi. Et pas l’inverse. Il ne faut pas attendre d’être wonder woman pour avoir confiance en soi. C’est à travers tes actions que tu pourras prendre confiance en toi. Alors, ose demander de l’argent pour faire grandir tes rêves ! 

2. Ne te pose pas trop de questions. Bien sûr, il faut un business plan bien ficelé et des chiffres solides avant d’aller voir ton banquier. Mais une fois fait, il faut te lancer, éviter de t’autoflageller et de te mettre des freins inutiles. 

3. N’hésite pas à bien t’entourer ! Renseigne-toi, va lire les histoires des femmes qui ont réussi, qui n’ont pas peur de parler d’argent et d’en demander. Communique le plus possible, demande des conseils financiers. Et fais-toi aider !

4. Aie les bons outils pour gagner du temps : clouds, plateformes de signatures comme docusign, banque pro comme Qonto pour tes notes de frais… Il en existe des centaines qui te faciliteront la vie.

5. Mise sur la priorisation. Ne te laisse pas dépasser par un nombre incalculable de microtâches et concentre-toi sur les choses essentielles pour ton business, surtout quand il s’agit de le financer.

 

Bref, tu l’as compris. Parler d’argent c’est ultra important. Oser trouver des financements pour ton entreprise est à la portée de toutes les entrepreneures quand elles se donnent la peine de chercher ce qui leur a été caché. Pour en savoir encore plus, rejoins notre conférence gratuite le 8 mars prochain !